Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Addict Grand Selve Grenade sur Garonne

Fabienne Ferrère le 17 octobre

25 Septembre 2009, 21:19pm

Publié par Selve Addict

Ca y est !
C'est la reprise.



Le 17 octobre 2009, présence de Fabienne Ferrère, auteur de Un chien du diable.

Présentation de l'éditeur
Rouen. Novembre 1594. Ambroise Roquebrune, huitième comte de Bleuse, s'introduit nuitamment dans l'église Saint-Nicaise où il doit récupérer une missive susceptible de jeter au bas de son trône le roi de France, Henri IV. Mais alors que le comploteur se penche sur le parchemin si précieux, une dague lui tranche la gorge et une voix murmure à son oreille : " Maudit, tu n'aurais jamais dû naître. Retourne dans les entrailles de ta chienne de mère... " Peu avant l'aube, on découvre le comte, crucifié et la bouche pleine d'hosties. Sacrilège ! Pis, les bénitiers de l'église Saint-Nicaise sont remplis de sang. Redoutant un nouvel affrontement entre catholiques et protestants, le chancelier d'Henri IV charge un chevau-léger d'éclaircir cette affaire : Gilles Bayonne. Ce dernier, doté d'un tempérament trempé comme l'acier de son épée, comprend aussitôt que ce qui se trame à Rouen pourrait tout aussi bien lui valoir la faveur du roi que l'envoyer droit en enfer... Roman d'aventures sur lequel planent les ombres d'Alexandre Dumas et de Paul Féval, intrigue politique et religieuse soutenue par une langue riche et authentique, Un chien du diable mêle admirablement vérité historique et enquête policière.


A l'occasion de la parution d'une nouvelle enquête de Gilles Bayonne, son auteur sera donc présente au Grand Selve.

Présentation de l'éditeur

Dans le Paris de 1595, le chevau-léger Gilles Bayonne mène de nouveau l’enquête pour le compte du chancelier d’Henri IV. Cette fois-ci, des meurtres d’une rare sauvagerie ensanglantent le quartier de la Grande-Boucherie. Après le père Vuillard, dont la dépouille est retrouvée dans un tonneau, vient le tour d’Hugues Rivière. À chaque fois, des bêtes pour bourreau, et, à chaque fois, la mort frappe sous la forme la plus redoutée par les victimes. Quel lien existe-t-il donc entre Vuillard et Rivière ? Peut-être une sordide histoire vieille de quinze ans...

Talonné par les sicaires du chancelier bien décidés à lui faire rabattre sa superbe, menacé par les commissaires du Châtelet furieux de se voir boutés hors de leur territoire, Gilles Bayonne – toujours secondé par son fidèle page Pique-Lune – ira de mensonge en trahison et de doute en doute avant de pouvoir regarder la vérité en face : et si le meurtrier qu’il traque n’était pas le monstre qu’on dit ?

Subtil mélange d’intrigue policière et de roman historique dans la grande tradition d’Alexandre Dumas, Car voici que le Jour vient est la deuxième enquête du chevau-léger Gilles Bayonne.


Commenter cet article